top of page
  • Photo du rédacteurJoseph Kallel

L'Ostéopathie dans la gestion des migraines et des céphalées : Entre tradition et modernité

Dernière mise à jour : 13 mars


Cet article offre une analyse de l'ostéopathie dans la prise en charge des migraines et des céphalées non migraineuses en s'appuyant sur les dernière recherches.

Les études utilisées ont été publiées entre 2020 et 2023, permettant de synthétiser au mieux les dernières données disponibles.



1. Introduction


Les migraines et les céphalées continuent de représenter un défi majeur pour les patients et le système de santé. Les approches thérapeutiques manuelles, notamment l'ostéopathie, suscitent un intérêt croissant en tant que traitements potentiels pour ces affections.

Notre objectif principal est d'approfondir notre compréhension de l'ostéopathie dans la prise en charge des migraines et des céphalées non migraineuses. Cette démarche implique une exploration des mécanismes sous-jacents tout en analysant l'évolution de la pratique ostéopathique. Cette évolution se caractérise par une dualité entre certains praticiens qui s'éloignent des principes ostéopathiques et d'autres qui adoptent une approche moins axée sur la science.

Toutefois, au cœur de cette dualité intrer ostéopathes réside la possibilité d'harmoniser ces voies divergentes vers une écoute mutuelle et un tronc commun.



images représentant un chemin commun se séparant en deux voies, symbolisant deux visions différentes de l'ostéopathie. Ces images sont conçues pour être réalistes et de haute qualité, évoquant l'idée de chemins inspirants dans un cadre naturel.



2. Mécanismes et fonctionnement.


Dans cette section, nous explorons les mécanismes sous-jacents qui pourraient expliquer l'efficacité de l'ostéopathie dans la gestion des migraines et des céphalées non migraineuses. Plusieurs mécanismes ont été mis en avant, notamment la stimulation des récepteurs liés au système trigéminal et au système glymphatique, ainsi que l'impact sur l'intéroception.


2.1 Stimulation de recepteurs lié au système trigéminal et au système glymphatique


L'un des mécanismes potentiels par lesquels l'ostéopathie pourrait agir dans la gestion des migraines et des céphalées est la stimulation des récepteurs liés au système trigéminal et au système glymphatique.


  • Le système glymphatique joue un rôle crucial dans le nettoyage du cerveau et la gestion du liquide céphalo-rachidien (LCR). Ce système utilise de minuscules canaux dans le crâne pour guider le LCR le long des vaisseaux sanguins, connectant les lobes cérébraux à la moelle osseuse. Cette connexion est importante pour la réaction du corps au LCR, influençant potentiellement la neuroinflammation.


  • Les mécanorécepteurs tactiles, présents surtout dans les sutures de la tête, sont essentiels pour la communication entre l'extérieur et l'intérieur du crâne. Ces récepteurs activent des voies neurologiques qui passent par les sutures et près de la dure-mère, impactant la perception sensorielle et aboutissant au ganglion de Gasser. Cette dynamique pourrait expliquer comment l'ostéopathie agit sur les mécanismes sensoriels, et suggère une influence sur le système trigémino-vasculaire, important dans le développement des migraines.



En fin de compte, la stimulation des récepteurs liés au système trigéminal et au système glymphatique pourrait jouer un rôle clé dans les effets bénéfiques de l'ostéopathie sur la gestion des migraines et des céphalées. Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour approfondir notre compréhension de ces mécanismes spécifiques.



2.3 L'intéroception


Un autre mode d'action qui est de plus en plus discuté serait à travers l'intéroception. C'est le processus par lequel l'organisme sent, interprète et intègre les informations provenant de l'intérieur du corps. Cela permet ensuite de déclencher une réponse adaptée dans le but de maintenir l'homéostasie.

A travers une approche dite "tissulaire", l'ostéopathe pourrait améliorer les perception interoceptives des patients. (2) Des études ont montré que cela se ferait à travers la stimulation des fibres C-tactiles activant des régions spécifiques du cerveau, ce qui pourrait influencer la manière dont les patients perçoivent la douleur et leur bien-être général. (3)



Ostéopathe travaillant sur la tête de son patient pour soulager ses migraines

Une scoping review a examiné un large éventail d'études, mettant en lumière la pertinence croissante de l'ostéopathie dans la gestion des céphalées, y compris les migraines (4).

L'ostéopathie peut jouer un rôle significatif dans la réduction de la douleur et de la fréquence des migraines et des céphalées : Le toucher crânio-sacré s'est avéré efficace pour la réduction de la douleur, la diminution de la fréquence des crises et l'amélioration de l'invalidité fonctionnelle chez les patients migraineux (5).

De plus, l'utilisation conjointe du toucher sur les structures tissulaires molles et les tissus articulaires a montré des résultats supérieurs par rapport à leur utilisation individuelle (6).




3. Analyse de la Pratique Ostéopathique : Comprendre et Explorer de Nouveaux Modèles Explicatifs


Il est essentiel pour les ostéopathes d'analyser leur pratique à la lumière des recherches contemporaines. Le modèle de Sutherland basé sur des axes de mouvements des os du crânes les uns par rapport aux autres, fondamental dans le développement de l'ostéopathie crânienne, nécessite une réévaluation à la lumière des avancées scientifiques récentes. Cette réévaluation ne suggère pas d'abandonner l'ostéopathie crânienne, mais encourage une nouvelle compréhension.


Pour illustrer ma reflexion on peut le comparer au changement de paradigme avec l'épigénétique. Initialement, on croyait que les traits génétiques étaient entièrement déterminés par l'ADN et étaient invariables. Cependant, l'épigénétique a révélé que bien que la séquence de l'ADN reste constante, son expression peut être modifiée par des influences externes. Ce changement de perspective n'a pas radicalement changé les méthodes de base en génétique, comme l'analyse de l'ADN, mais a approfondi notre compréhension de la façon dont les gènes peuvent être régulés et influencés.

De la même manière, en ostéopathie, la remise en question des anciens modèles théoriques, comme celui de Sutherland, ne nécessite pas de révolutionner nos méthodes pratiques. Plutôt, cela nous fournit une compréhension plus nuancée et évolutive de ces pratiques.


L'étude de Rafael Zegarra Parodi sur les principes historiques de l'ostéopathie offre des perspectives précieuses à cet égard. Elle souligne que l'ostéopathie a évolué au fil du temps et que la compréhension de ses principes fondamentaux doit s'adapter aux preuves scientifiques actuelles, permettant ainsi aux ostéopathes de rester fidèles aux principes fondateurs tout en intégrant les connaissances contemporaines. (7)



4. Reflexions & perspective d'avenir 


Cet article met en lumière les récentes découvertes sur l'approche crânienne de l'ostéopathie, marquant le passage d'un paradigme de mobilité des os du crâne entre eux à un autre pour expliquer notre approche, qui deviendra lui aussi obsolète et/ou insuffisant avec les découvertes futures de la science.


Les sutures crâniennes, point de passage important des structures nerveuses en lien avec le système trigéminal, créent un pont entre le modèle de mobilité de Sutherland et la compréhension actuelle.


Bien que l'ancien modèle soit erroné, travailler localement sur les sutures pourrait toujours avoir une valeur thérapeutique, mais pour des raisons différentes de celles précédemment évoquées.


Photographie d'un paysage ouvert montrant que la pratique ne se limite pas à des modèles explicatifs mais bien à des perspectives plus larges amenée à évoluer au fil des découvertes scientifiques

La pratique ne peut se limiter uniquement à ce que découvre la science ; sinon, le traitement crânien des patients aurait cessé ces dernières années, et ces études n'auraient probablement jamais vu le jour faute d'intérêt pour la pratique. Plus important encore, combien de patients auraient manqué d'un bénéfice potentiel ?

La compréhension des mécanismes est importante pour expliquer et communiquer avec les meilleures données disponibles sur le fonctionnement de l'ostéopathie.

Mais un modèle est là pour la pédagogie et l'explication, lorsque l'on travail c'est la réunion de nos connaissances et de nos perceptions qui guident le travail.




5. Conclusion


L'ostéopathie semble représenter une approche efficace dans la gestion des migraines et céphalées. Les mécanismes potentiels de fonctionnement, tels que la stimulation des mécanorécepteurs, l'interaction entre les systèmes endo et exocrâniens, le système trigémino-vasculaire, ainsi que son impact sur l'intéroception, offrent des perspectives passionnantes pour la recherche future.


L'analyse de la pratique ostéopathique doit reposer sur l'histoire et la philosophie de la profession, ainsi que sur les preuves actuelles et la compréhension de ses mécanismes. Aucun pilier de cette réflexion ne doit être négligé au profit d'un autre

Les avancées scientifiques récentes pourraient potentiellement unifier deux approches thérapeutiques divergentes récemment développées au sein de la pratique ostéopathique. Ces avancées pourraient favoriser la convergence de perspectives jusqu'ici distinctes au sein de la même discipline, ouvrant ainsi la voie à une approche ostéopathique plus intégrative et cohérente.


La technicité, bien qu'importante, est secondaire par rapport à l'intention thérapeutique. Elle tire sa véritable essence du contexte dans lequel elle est mise en œuvre. Ce n'est pas tant la technique en elle-même qui soigne, mais plutôt la rencontre et l'interaction subtile et complexe entre deux systèmes vivants : le patient et le thérapeute.

Cette dynamique relationnelle est au cœur de l'efficacité de l'ostéopathie, soulignant l'importance de l'approche holistique et personnalisée dans le soin des patients.



Références :


  1. Barsotti, N., Casini, A., Chiera, M., Lunghi, C., & Fornari, M. (2023). Neurophysiology, Neuro-Immune Interactions, and Mechanobiology in Osteopathy in the Cranial Field: An Evidence-Informed Perspective for a Scientific Rationale. Healthcare, 11(23), 3058. [DOI: 10.3390/healthcare11233058]

  2. Cerritelli, F., Chiacchiaretta, P., Gambi, F. et al. Effect of manual approaches with osteopathic modality on brain correlates of interoception: an fMRI study. Sci Rep 10, 3214 (2020). https://doi.org/10.1038/s41598-020-60253-6

  3. Cella, M., Acella, E., Aquino, A., & Pisa, V. (2022). Cranial osteopathic techniques and electroencephalogram (EEG) alpha power: a controlled crossover trial. Journal of Osteopathic Medicine, 122(8), 401-409. [DOI: 10.1515/jom-2021-0257]

  4. Zegarra-Parodi, R., et al. (2023). Les principes historiques de l’ostéopathie pour guider une pratique contemporaine.

  5. Muñoz-Gómez, E., Inglés, M., Serra-Añó, P., & Espí-López, G. V. (2021). Effectiveness of a manual therapy protocol based on articulatory techniques in migraine patients. A randomized controlled trial. Musculoskeletal Science and Practice, 54, 102386. [DOI: 10.1016/j.msksp.2021.102386]

  6. Muñoz-Gómez E, Inglés M, Aguilar-Rodríguez M, Mollà-Casanova S, Sempere-Rubio N, Serra-Añó P, Espí-López GV. Effect of a Craniosacral Therapy Protocol in People with Migraine: A Randomized Controlled Trial. J Clin Med. 2022 Jan

  7. Jara Silva CE, Joseph AM, Khatib M, Knafo J, Karas M, Krupa K, Rivera B, Macia A, Madhu B, McMillan M, Burtch J, Quinonez J, Albert T, Khanna D. Osteopathic Manipulative Treatment and the Management of Headaches: A Scoping Review. Cureus. 2022 Aug 9;14(8):e27830. doi: 10.7759/cureus.27830. PMID: 36110479; PMCID: PMC9462953.

165 vues0 commentaire

Comments


bottom of page